Effet des mycotoxines sur les animaux de compagnie

Introduction

Actuellement, le nombre d’animaux de compagnie a considérablement augmenté dans le monde ; et avec cela, les exigences en matière de soins et de bien-être des animaux sont bien plus grandes. L’obtention de produits alimentaires nutritifs et de qualité implique une énorme responsabilité pour l’industrie alimentaire, qui doit toujours maintenir la sécurité et la santé des aliments pour les marchés humains et animaux (Kepinska & Biel, 2021). Il existe différents risques microbiologiques qui peuvent affecter la qualité des aliments, parmi lesquels se distinguent les bactéries, les champignons et leurs toxines ; cette dernière étant un grand problème pour la santé animale et humaine.

La contamination par les mycotoxines présentes dans les aliments pour animaux de compagnie constitue une menace sérieuse pour leur santé. Les mycotoxines sont des métabolites nocifs produits principalement par trois groupes principaux de champignons : Penicillium, Aspergillus et Fusarium.

Micotoxinas en mascotas

Les mycotoxines les plus représentatives sont les aflatoxines, les ochratoxines, les fumonisines, les vomitoxines et la zéaralénone. De la même manière que dans les fourrages, les mycotoxines peuvent être générées dans les céréales avant, pendant et après la récolte dans différentes conditions environnementales. L’industrie des aliments pour animaux de compagnie utilise des céréales et des sous-produits céréaliers comme intrants ; afin d’obtenir l’amidon digestible par un processus d’extrusion. Bien que le traitement offre des pressions et des températures élevées, il ne peut pas inactiver complètement les mycotoxines. Il existe donc un énorme danger de contamination au sein de l’industrie des aliments pour animaux de compagnie (Grandi, et al., 2019), provoquant des préoccupations émotionnelles et économiques pour les propriétaires d’animaux (Antonissen, et al., 2017). La Commission Européenne a recommandé les niveaux autorisés auxquels les mycotoxines peuvent être trouvées dans les aliments (Union européenne, 2006). Cependant, le risque de lésions corporelles des animaux n’est pas totalement éliminé, car même une exposition continue à de faibles doses de certaines mycotoxines pourrait avoir de graves effets néfastes sur la santé. (Kepinska & Bienne, 2021).

Selon la nature de la mycotoxine, les effets peuvent être cancérigènes, tératogènes, immunosuppresseurs, mutagènes, hépatotoxiques, neurotoxiques ou néphrotoxiques. Ci-dessous, les effets sur les chiens et les chats seront présentés.

Cereales con micotoxinas

Effet des mycotoxines chez le chien

Bien qu’il existe peu de rapports sur la toxicité des mycotoxines chez les animaux de compagnie, une grande quantité de mycotoxines a été détectée dans leur alimentation (Grandi, et al., 2019).

Aflatoxines

      Le chien est l’une des espèces domestiques les plus sensibles à l’intoxication par les aflatoxines, compte tenu de la faible action de l’enzyme glutathion S-transférase, qui joue un rôle fondamental dans la détoxification de ces mycotoxines (Martinez, et al., 2021). L’aflatoxicose clinique chez le chien comprend des altérations digestives, nerveuses et hémodynamiques. Au niveau digestif, des vomissements, une anorexie, une hématémèse, un méléna et une hématochézie peuvent se développer. De son côté, le système nerveux est altéré par le développement d’une encéphalopathie hépatique qui se traduit par une dépression, des convulsions, une stupeur, des vocalisations et un coma. En hémodynamique, les altérations se manifestent fréquemment par une ascite, une déshydratation, un ictère, un œdème périphérique et des hémorragies des muqueuses. De nombreuses lésions signalées surviennent dans le foie et des anomalies de la coagulation sont également enregistrées (Martinez, et al., 2021). Chez les femelles, une association a été établie entre la contamination des aliments par des aflatoxines et le développement d’un cancer du sein (Frehse et al., 2015).

Zéaralénone

     Les chiens sont considérés comme une espèce particulièrement sensible à la zéaralénone. Ces mycotoxines, produites par des champignons du genre Fusarium, sont structurellement similaires aux œstrogènes naturels, de sorte que leur inclusion dans les aliments peut provoquer des changements considérables dans le système reproducteur (Kepinska & Biel, 2021). Chez la chienne, la zéaralénone peut provoquer un œdème de l’oviducte et de l’utérus. Chez le chien, l’action de cette toxine est liée à la réduction de la spermatogenèse (Witaszak et.al, 2020). Par conséquent, en considérant la zéaralénone comme un perturbateur endocrinien, il a été démontré qu’une exposition continue à de faibles doses peut favoriser le cancer du sein et d’autres tumeurs hormono-dépendantes, en particulier chez les femmes (Ruiz-Suarez et al., 2015).

Trichothécènes

     Dans ce groupe, nous trouvons de petites molécules amphipathiques capables de se déplacer passivement à travers les membranes cellulaires. Ils sont capables d’être facilement absorbés dans le système tégumentaire et gastro-intestinal ; et à leur tour, ont une action dynamique sur les tissus à prolifération rapide. Les toxines notables de ce groupe sont le Déoxynivalénol (DON), le T-2 et le HT-2. Le plus important et le plus étudié est le DON, car ses effets attirent l’attention en matière de santé publique (Kepinska & Biel, 2021). Chez les mâles, ce type de mycotoxines peut provoquer une perte d’appétit et de poids, des vomissements, de la diarrhée et même des hémorragies gastro-intestinales (Witaszak et.al, 2020).

Fumonisines

      Il s’agit d’un groupe d’environ 25 mycotoxines développées par le genre de champignons Fusarium. Les principales fumonisines sont FB1 et FB2 (Kepinska & Biel, 2021). Ces mycotoxines peuvent altérer le métabolisme des sphingolipides cellulaires et également activer les voies de l’apoptose, de la nécrose et de l’hyperplasie cellulaire. Les informations sur les effets des fumonisines chez les chiens et les chats sont très limitées ; Cependant, il est suggéré que son inclusion dans les aliments pourrait impliquer un risque hépatotoxique et néphrotoxique (fréquemment observé en cas d’intoxication aiguë), ou provoquer une immunosuppression (observée en cas d’intoxication chronique) (Gazzotti, et al., 2015).

Ochratoxines

      Couramment développé par des champignons du genre Aspergillus et Penicillium. Comme chez d’autres espèces, cette toxine a pour organe cible le rein. Les chiens intoxiqués à l’ochratoxine peuvent présenter des symptômes cliniques tels qu’anorexie, soif excessive, polyurie, polydipsie, anxiété, agitation, prostration, faiblesse et mort (Zain, 2011).

Mascotas con símbolos de síntomas de las micotoxinas

Effet des mycotoxines chez le chat

Aflatoxines

    Diverses épidémies d’aflatoxicose canine ont été mentionnées dans la littérature. Au contraire, aucun cas lié à l’aflatoxicose chez le chat n’a été enregistré. De même, la détection d’aflatoxines dans les aliments pour animaux de compagnie représente une raison courante de retrait d’un certain aliment, même dans les aliments pour chats (Grandi, et al., 2019).

Zéaralénone

    La zéaralénone est une toxine qui altère le fonctionnement hormonal reproductif d’un animal en favorisant la surexpression des récepteurs d’œstrogènes, entraînant les problèmes susmentionnés chez le chien. Chez le chat, les informations sur les effets générés par la zéaralénone restent assez limitées (Knutsen, et al., 2017).

Trichothécènes

    Les chats sont très sensibles à ce groupe de mycotoxines et l’hématotoxicité induite par la toxine T2 se démarque (Glanemann et.al, 2023). Plusieurs études ont mis en évidence une quantité énorme de mycotoxines, notamment T2 et HT2, dans les céréales et les aliments pour animaux. En 2021, des aliments pour chats contenant des niveaux élevés de mycotoxines T2 et HT2 ont provoqué une pancytopénie sévère entraînant la mort de plusieurs chats (Glanemann, et al., 2023) et du T2 injecté à des chats par voie intraveineuse à raison de 2 mg/kg a provoqué une hypovolémie et la mort. (Devegowd, et al., 2000).

Fumonisines

    Tout comme chez les chiens, il n’existe pas beaucoup de rapports faisant état d’effets sur la santé liés à ce type de mycotoxines (Witaszak et.al, 2020). Il convient cependant de noter qu’il s’agit de molécules toxiques que l’on retrouve couramment dans les matières premières et qui sont notamment stables à haute température. Cela dit, les fumonisines revêtent une importance capitale pour les entreprises d’aliments pour animaux de compagnie (Grandi et al., 2019).

Ochratoxines

    Comme chez le chien, cette toxine se distingue principalement par ses effets sur les reins. De cette manière, elle altère la structure et la fonction rénale, donnant lieu à différents signes cliniques tels que la polyurie, la polydipsie et la prostration (Zain, 2011).

Conclusion

La contamination par les mycotoxines représente un énorme défi au sein de l’industrie des aliments pour animaux de compagnie, car la transformation des aliments ne parvient pas à inactiver complètement leur toxicité. Selon ce qui précède, de nombreux produits contaminés arrivent sur le marché et peuvent entraîner une intoxication aiguë ou chronique des animaux de compagnie, en fonction de la dose et du moment d’administration de la toxine (Grandi, et al., 2019). Conformément à la grande importance que représentent les mycotoxines dans l’industrie alimentaire, la stratégie de contrôle vise à prévenir la contamination des aliments et à détecter précocement l’agent toxique.