BIŌNTE® QUIMITŌX® réduit les niveaux d’ammoniac (NH3), minimisant ainsi ses effets négatifs sur la production animale

Comme l’ont bien documenté les autorités de l’UE, les émissions industrielles (telles que l’oxyde d’azote, l’ammoniac (NH3), le mercure et le dioxyde de carbone) sont des polluants présents dans l’air, l’eau et le sol, provenant de l’agriculture et de la gestion de l’eau. Ces éléments peuvent avoir des effets nocifs chez les animaux et les humains, comme l’asthme et la bronchite, le cancer, l’hypertension, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

En Europe, environ 75 % des émissions industrielles sont caractérisées par une pollution à  NH3, qui provient principalement de l’élevage (Wyer et al., 2022). Lorsque les animaux consomment des protéines, ils produisent de l’acide urique, qui est ensuite converti en NH3. Plusieurs facteurs interviennent dans l’augmentation de la production de NH3, tels que le pH, la température, la teneur en humidité, le type de litière, l’âge des oiseaux, l’âge du fumier, l’humidité relative et le taux de ventilation (VR). 

Des niveaux élevés de NH3 peuvent avoir un impact négatif sur la santé et la production animale. L’espèce volaille semble être la plus sensible à ce composé. En fait, de nombreuses études ont montré la corrélation entre ce gaz et de graves irritations respiratoires et cutanées chez les tarses , entraînant des pododermatites, des brûlures aux jarrets et des cloques sur la poitrine (Nagaraj et al., 2007). De plus, les niveaux de NH3 sont souvent liés à la qualité de l’air intérieur, car ils reflètent l’état des installations de ventilation.

Certaines études ont montré que les émissions de NH3 peuvent être réduites en équilibrant l’alimentation et l’utilisation des nutriments. Par exemple, l’inclusion d’argile minérale pour contrôler la production de NH3.

L’inclusion d’argile dans l’alimentation peut améliorer les processus de digestion et d’absorption des nutriments, favorisant ainsi les performances des animaux de ferme (Safaei et al. 2014). De plus, grâce à ses charges électriques, elle a la capacité de réduire l’exposition aux mycotoxines présentes dans les aliments (Subramaniam et al 2015).

BIŌNTE® a réalisé un test in vitro pour évaluer la capacité d’adsorption de NH3 de BIŌNTE® QUIMITŌX®, un produit qui contient un matériau adsorbant techniquement sélectionné.

BIŌNTE® QUIMITŌX® : un agent anti-mycotoxine de haute qualité qui adsorbe également le NH3

BIŌNTE® QUIMITŌX® est un liant de mycotoxines efficace, à large spectre et à action rapide, contenant un matériau adsorbant techniquement sélectionné. De plus, c’est un produit sélectif qui n’adsorbe pas les nutriments essentiels pour les animaux tels que les vitamines et les acides aminés.

Pour vérifier son efficacité contre la production de NH3, nous avons réalisé une étude in vitro, en collaboration avec l’Université de Valence (Microlab Biotech). La chromatographie liquide haute pression avec spectrométrie de masse tandem (HPLC-MS/MS) a été utilisée pour l’évaluation.

Comme le montre la figure 1, BIŌNTE® QUIMITŌX® a montré 34,1% à pH 3 et 38,1% à pH 7.

Figure 1. Capacité in vitro de BIŌNTE® QUIMITŌX® à adsorber le NH3

Ces résultats montrent comment BIŌNTE® QUIMITŌX® (figure 2) réduit les niveaux de NH3. Par conséquent, la qualité de la litière est améliorée et, en même temps, on évite l’apparition de blessures aux jambes et de pododermatites, ainsi que d’infections respiratoires et d’autres maladies. Ces conséquences ont été observées lors d’essais sur le terrain après l’utilisation de BIŌNTE® QUIMITŌX® dans les élevages de poulets.

Figure 2. Effets de BIŌNTE® QUIMITŌX®

Conclusions

BIŌNTE® QUIMITŌX®, solution anti-mycotoxines, a montré une action multiple : Adsorbe le NH3, empêchant le développement de pododermatites, de frottement sur le tarse et ampoules sur la poitrine. de brûlures sur les jarrets et de cloques sur la poitrine, fréquemment observées chez les espèces de volailles. Et en même temps, cela minimise les effets négatifs des mycotoxines.